4 ième LETTRE PASTORALE DE MGR CAMIADE

Vendredi 8 février 2019, par Secrétariat // DECLARATIONS ET DECISIONS DE NOTRE EVEQUE

« Enracinés et établis dans l’amour » (Ep 3.17)

Presqu’un an jour pour jour après sa 3ème lettre pastorale qui annonçait l’année Alain de Solminihac, Mgr Camiade vient de publier une nouvelle lettre, pour annoncer la suite de cette année de grâce.

Voici des extraits significatifs de cette lettre que vous nous distribuerons dès que nous l’aurons reçu.

Mgr Camiade : « Le 22 septembre 2018, comme prévu, nous clôturerons l’année Alain de Solminihac en fêtant les 400 ans de son ordination presbytérale en présence de plusieurs évêques et autres prélats. J’espère que nous serons nombreux à participer à ce rassemblement dans notre cathédrale de Cahors. Pour l’année 2018-2019, je propose que notre diocèse travaille plus particulièrement une des épîtres pauliennes : l’épître aux Ephésiens.
En effet, nous avons promulgué le 9 décembre 2017 la Charte des paroisses qui nous engage à mettre en place des structures en vue de la mission d’annonce de l’Évangile et j’ai précisé que nous avions jusqu’à l’été 2019 pour le réaliser. Notre Charte commence peu à peu à être appliquée dans diverses paroisses. En particulier, on progresse dans la mise en place des conseils pastoraux des paroisses et des équipes d’animation pastorale (EAP) ».

Père Franz : Pour le groupement paroissial de Limogne, le Conseil paroissial est bien en place et nous avons commencé à méditer sur la mission propre du Conseil, selon les orientations de notre évêque données dans la charte des paroisses. Une EAP commence aussi à se monter mais elle ne sera lancée qu’à la rentrée de septembre (on espère la venue de notre évêque –date à confirmer- pour bénir et lancer cette nouvelle équipe).
De plus, comme nous l’avions fait à Gourdon, comme notre doyen, le père Leclair, à Prayssac-Puy L’Evêque, nous avons lancé une réflexion sur la création d’une paroisse unique, le nom est encore à l’étude, mais il ne contiendra pas celui d’un village afin que tout le monde saisisse que nous formons la même portion d’Eglise, chacun à égalité avec l’autre, et qu’il n’y a plus d’églises principales ou secondaires : il n’y a que des lieux de vie qui doivent être célébrés !

Mgr Camiade : « Mais, comme tout changement, cette mise en œuvre de la charte demande aux ministres ordonnés et aux fidèles laïcs de renoncer à certaines habitudes sécurisantes. Où aurons-nous la messe le dimanche ? Qui va enterrer nos morts ? Dans quelles conditions célébrer le baptême de notre enfant ? Qui va rassembler des jeunes pour leur proposer des itinéraires spirituels ? Les réponses à ces questions et à beaucoup d’autres tiendront compte de la Charte des paroisses ».

Père Franz : Depuis un an, ces questions me sont fréquemment posées. Déjà plusieurs réponses sont mises en œuvre. Par exemple, tant que je serai votre curé, vous aurez toujours un ministre ordonné pour célébrer les obsèques. Un curé a charge d’âmes, et il m’est impossible d’abandonner une âme qui doit naître au ciel, nous devons ensemble aller jusqu’au bout de l’amour !

Mgr Camiade : « Rappelons quelques points d’insistance contenus dans notre Charte des paroisses :
il n’est pas bon qu’un prêtre porte seul la charge d’une paroisse car c’est l’Esprit Saint qui est l’agent principal de la mission. L’Église doit discerner les charismes aussi chez les laïcs en vue du bien de tous et de la communion.

  • la paroisse doit articuler et intégrer ses services (catéchèse, catéchuménat, funérailles et sacrements, convivialité, caritatif, animations pastorales, etc.), ses familles (« premiers lieux de rayonnement de la foi »), ses relais et pôles (équipes locales qui font le lien de proximité autour des clochers), les fraternités locales ou les autres fraternités, mouvements et communautés,
  • pour la structure des paroisses, une implication forte de beaucoup de chrétiens est demandée. De nouvelles formes de collaborations, une ouverture, bien au-delà des traditionnels « clochers » à la communion de l’Église sont à rechercher. Dieu appelle tous les baptisés à la sainteté ! Toute notre identité chrétienne s’enracine dans un appel de Dieu. Notre engagement dans la vie de nos
    nos paroisses n’a pas pour but un confort spirituel individuel ni de poursuivre des habitudes commodes mais de parvenir au bonheur que donne la grâce du Seigneur. Faire le deuil des anciennes formes de notre vie paroissiale pour laisser le Christ nous relever et impulser en nous le souffle de sa vie de Ressuscité, voilà la dynamique à laquelle nous appelle la Charte des paroisses. Peu importe ce qui, dans le passé, a pu produire ou renforcer un esprit de concurrence, de rivalité ou d’incompatibilité entre les habitants de deux villages voisins. Il est triste qu’il existe encore des réflexes de repli, mais notre Charte des paroisses ne pourra être mise en œuvre que grâce au Christ crucifié qui unifie tous les baptisés en « une seule réalité » (Ep 2,14), dans un effort de fraternité ».

Père Franz : Cette unité est non seulement un défi mais surtout une demande et la prière même du Christ ! Cette unité doit passer non par une unification géographique (ça n’aurait pas de sens et irait contre la vie et les réalités locales) mais par le sentiment d’appartenir à une même famille, du même sang : celui de Jésus-Christ qu’il a versé pour nous sur la Croix, et qu’il nous donne à chaque messe : « si vous ne buvez pas du sang du Fils de l’Homme, vous n’aurez pas la vie en vous » ! Si vous cherchez à comprendre le projet de votre curé, ne cherchez pas ailleurs : vous n’aurez pas une liste d’évènements, mais une direction : que tout aille dans le sens de la communion, de l’amour familial (« voyez comme ils s’aiment » entre frères et sœurs en Christ), de la relation (prière à notre Dieu et pour nos frères, rencontres entre villages, entre personnes relais, entre tout baptisé ou non baptisé, etc.), et de la fraternité.

Mgr Camiade : Des clivages idéologiques pèsent encore trop au sein même de nos paroisses. Sensibilités, générations ou cultures ne devraient pas diviser ceux que le Christ a rachetés par son sang. Le Christ, « par le moyen de la croix, en sa personne, a tué la haine » (Ep 2,16).

Père Franz : Mgr Camiade confirme ce désir de nous mettre sous le signe de la même famille –selon l’insistance de Mgr Turini qui parlait « d’Eglise-Famille » ! L’objectif commun est d’annoncer la Bonne Nouvelle du Salut à toute la Création !

Mgr Camiade : « Annoncer l’Évangile à tous. Nos communautés paroissiales doivent être motivées par l’annonce de l’Évangile. Le conseil pastoral, l’Equipe d’Animation pastorale, le conseil paroissial des affaires économiques et tous les fidèles doivent être habités par ce désir de l’annonce de l’Évangile qui est le moyen donné par Dieu pour que « toutes les nations », à commencer par les habitants de nos villages et de nos villes qui aujourd’hui ignorent, méconnaissent ou négligent la bonne nouvelle de Jésus, puissent partager la même promesse, le même bonheur de se savoir aimés et sauvés par le Christ ».

Père Franz : Tout, en Eglise, est missionnaire, et nous devons chercher à rejoindre tout homme et tout l’homme, à temps et à contretemps. Car chaque personne humaine a besoin du bonheur offert dans la gratuité de l’Amour Divin !

Mgr Camiade : « Au service d’un renouvellement des relations sociales. Une vie paroissiale doit aider tout le monde à repenser et à convertir les relations familiales et sociales, les manières de servir les personnes les plus fragiles. Car Dieu « est impartial envers les personnes ». La Charte des paroisses indique que chaque membre du conseil pastoral d’une paroisse doit être particulièrement attentif aux « préoccupations humaines et spirituelles du milieu dans lequel il vit ».

Père Franz : Une des plus grandes joies de cette année a été de voir des liens qui s’apaisent envers les municipalités qui, par le passé, se sentaient opposées à la Paroisse. Aujourd’hui, de nombreux ponts se construisent ! C’est pareil pour beaucoup d’associations : avec un accueil fraternel et sans jugement ; avec la gratuité offerte à toute manifestation en église proposée par une association, une Mairie, un Comité des Fêtes ou un particulier de nos villages, un apaisement des anciennes crispations concernant notamment les concerts. Tout ceci pour le vivre-ensemble et le bien commun !

Mgr Camiade : « Pour l’année pastorale 2018-2019, plusieurs projets se dessinent dans notre diocèse :
1. Formation : dans l’élan de la mise en œuvre de la Charte des paroisses, une bonne cinquantaine de membres des EAP (ou pressentis pour le devenir) participent au cycle de formation proposé sur 7 samedis. Ce succès confirme une réelle soif de formation. La proposition de formation pour les fidèles laïcs est donc un effort que nous poursuivrons ».

Père Franz : Une fois l’EAP de la paroisse lancée, un effort de formation, dans les limites des emplois de temps de chacun, sera en effet proposée. Car la bonne volonté ne suffit pas toujours, et une équipe qui sera, non pas un Conseil (où le curé écoute mais tranche comme il le souhaite), mais une véritable équipe décisionnaire (j’ai choisi cette formule de décision collégiale : l’EAP sera actrice de réels projets, et les prêtres décideront à égalité avec les personnes en faisant partie), oui, une telle équipe, on le comprend, doit être bien formée pour pouvoir décider en conscience et en bonne connaissance de cause !

Mgr Camiade : « 
2. Visites pastorales : pour approfondir ma connaissance du diocèse et encourager la mise en œuvre de la Charte des paroisses, je commencerai des visites pastorales en octobre 2018, jusqu’en 2020. Je passerai 6 jours dans chaque paroisse visitée, à la rencontre des chrétiens mais aussi des réalités humaines du territoire de la paroisse ».
Père Franz : Notre paroisse aura la joie de recevoir 6 jours notre évêque, du 8 au 13 janvier. Si c’est le mois le plus calme de l’année, cela nous laissera plus de temps pour lui montrer les réalités et les défis de notre immense territoire ; de lui partager nos projets –comme l’inauguration de ND des Voyageurs en 2019- de prier avec lui.
Mgr Camiade :
« 3. j’invite les paroisses et tous les groupes, mouvements, services, communautés du diocèse à relire et travailler la lettre aux Ephésiens, soit en constituant des groupes de lecture, soit lors de conférences, par exemple pendant l’Avent et pendant le Carême, en y puisant des repères pour vivre la mise en œuvre de la Charte des Paroisses ».

Père Franz : Notre Conseil Pastoral sera saisi de cette question, afin de voir comment, en Avent et en Carême, dans le Causses-Vallées peut-être, nous pouvons méditer ce magnifique texte de St Paul. Et notre évêque de conclure :

Mgr Camiade : « Le bienheureux Alain de Solminihac avait compris que pour changer quelque chose dans l’Église, il faut d’abord se réformer soi-même. Qu’il veille sur notre désir de parvenir ensemble « à la stature du Christ dans sa plénitude », « enracinés et établis dans l’amour » et que Notre-Dame de Rocamadour veille sur notre Diocèse et sur le monde entier ! ».

Répondre à cet article