Bienheureux COLUMBA MARMION

Jeudi 30 janvier 2020, par Secrétariat // LE SAINT DU JOUR

Bienheureux Columba Marmion
3e abbé de Maredsous (✝ 1923)

Né à Dublin, en 1858, de père Irlandais et de mère Française, Joseph Marmion se fit remarquer dès son jeune âge par un grand esprit de Foi puisé au foyer familial. Ses études secondaires terminées, il fut reçu au Séminaire de Clonliffe (Dublin). Il acheva sa formation sacerdotale à Rome, où il fut, au Collège Pontifical de la Propagande, un des brillants disciples du célèbre Cardinal Satolli. Il fut ordonné Prêtre dans la Ville Eternelle le 11juin 1881.

Une visite faite à Maredsous lors de son retour en Irlande fut l’occasion de l’appel à la vie monacale Bénédictine. Après plusieurs années de professorat de philosophie au Séminaire de Clonliffe, il put suivre sa vocation, et entra à Maredsous le 21 novembre 1886. Dans la vie religieuse, il se distingua surtout par une constante fidélité à la grâce. Aussi Dieu le combla-t-il de lumières abondantes sur le mystère de la vie divine.

En 1899, il fut envoyé à l’Abbaye du Mont-César à Louvain où il demeura dix ans, comme Prieur et professeur de théologie. C’est là qu’il rencontra Monseigneur Mercier, plus tard Cardinal, qui l’honora de son amitié et le choisit comme confesseur. Plus tard, l’éminent Cardinal devait écrire de Dom Marmion : « Il fait toucher Dieu ». Élu abbé de Mardesous en septembre 1909, Dom Marmion y mourut saintement le 30 janvier 1923.

A tous ceux qui le connurent, il laissa l’ineffaçable souvenir d’un noble esprit, d’une âme élevée, d’un grand cœur : âme de contemplatif, cœur de Saint ; théologien consommé, directeur spirituel éminent, apôtre débordant de zèle autant que de bonté compréhensive et rayonnante qui trouvait sa source dans un amour passionné du Christ et des âmes.

Les ouvrages spirituels où il expose, avec autant de profondeur que de simplicité, le mystère du Christ, l’ont placé au premier rang des maîtres de la vie intérieure. On a pu dire de lui qu’il est le « Docteur de l’adoption divine ». Son rayonnement se perpétue dans le monde par sa doctrine et par les faveurs qu’il plaît à Dieu d’accorder aux âmes qui recourent à son intercession. Il a été béatifié le 3 septembre 2000 par le Bienheureux Jean Paul II.

Le message de Dom Marmion

Les grandes lignes de la doctrine spirituelle de Dom Marmion peuvent se ramener aux points suivants. La sainteté, en l’homme, n’est possible que selon le plan divin : connaître ce plan, s’y adapter parfaitement, c’est toute la substance de la sainteté. Ce plan consiste à appeler la créature humaine à participer, par la grâce de l’adoption surnaturelle, à la propre vie éternelle de Dieu. Au centre de ce plan est établi le Christ, Homme-Dieu, en qui réside la plénitude de vie divine, et qui vient la communiquer aux hommes. L’homme entre en participation de cette vie divine par la grâce sanctifiante qui, lui laissant sa condition de créature, le rend véritablement, par adoption, l’enfant de Dieu : le Père Céleste enveloppe tous les chrétiens dans une extension de Sa Paternité à l’égard de Son propre Fils Jésus-Christ.

Partant de ces doctrines fondamentales, Dom Marmion demande à l’âme qu’il dirige une double attitude essentielle : humble soumission de la créature, fidélité d’amour de l’enfant. Il veut que l’âme consciente des droits de Dieu, Maître souverain, cherche à reconnaître ces droits, à les honorer, à les respecter par la conformité parfaite de sa volonté à celle de Dieu. Mais en se sachant enfant du Père Céleste, toute cette œuvre de conformité doit s’enraciner dans un amour filial incessant. Et cela, par Jésus-Christ, unique voie qui mène au Père, en se réclamant de ses mérites, en union constante avec les dispositions intérieures du Verbe Incarné, Homme-Dieu, modèle vivant de toute perfection, et par l’action de Son Esprit, Auteur de toute Sainteté pour l’Eglise et pour les âmes. En un mot le « Message » que Dom Marmion apporte aux générations présentes est de faire comprendre aux fidèles combien le Christ est leur tout ; combien par la Foi vive en Lui, l’âme élargit ses perspectives et transforme en fidélité d’amour le plus simple accomplissement humble et généreux de tous ses devoirs d’état.


Consécration de Dom Marmion à la Très Sainte Trinité


Ô Père éternel, prosternés en humble adoration à Vos pieds, nous consacrons tout notre être à la gloire de Votre Fils Jésus, le Verbe incarné. Vous l’avez constitué Roi de nos âmes ; soumettez-Lui nos âmes, nos cœurs, nos corps, et que rien en nous ne se meuve sans Ses ordres, sans Son inspiration. Qu’unis à Lui, nous soyons portés dans Votre Sein et consommés dans l’Unité de Votre Amour.

Ô Jésus, unissez-nous à Vous dans Votre vie toute Sainte, toute consacrée à Votre Père et aux âmes. Soyez « notre Sagesse, notre Justice, notre Sanctification, notre Rédemption, notre Tout ». Sanctifiez-nous dans la Vérité.

Esprit-Saint, Amour du Père et du Fils, établissez-Vous comme une Fournaise d’Amour au centre de nos cœurs et portez toujours, comme les flammes ardentes, nos pensées, nos actions, nos affections, en-haut ; jusque dans le Sein du Père. Que notre vie entière soit un Gloire au Père, au Fils et au Saint-Esprit.

Ô Marie, Mère du Christ, Mère du Saint Amour, formez-nous Vous-même selon le Cœur de Votre Fils. Amen.

Prière pour obtenir des grâces par l’intercession du Bienheureux Columba Marmion

Seigneur Jésus qui avez accordé tant de lumières au Bienheureux Columba sur Votre Divinité et sur les richesses de la grâce d’adoption, daignez avoir pour agréables les prières que nous Vous adressons par son intercession : donnez-nous surtout la même ardeur de Foi, afin que, nous aussi, inébranlablement, confiants dans Vos mérites infinis et vivants en enfants de Dieu, nous puissions, par un amour humble et généreusement fidèle, parvenir à l’éternelle joie dans le Sein du Père. Amen.

Prière pour demander la Canonisation du Bienheureux Columba Marmion

Seigneur Jésus qui avez accordé tant de lumières au Bienheureux Columba sur Votre Divinité et sur les richesses de la grâce d’adoption, daignez, nous Vous en supplions, Vous servir de ses écrits pour attirer un grand nombre d’âmes à la connaissance et à l’amour de Votre Personne Sacrée, e, si tel est votre bon plaisir, l’appeler lui-même aux honneurs de la canonisation, afin que l’on recoure de plus en plus à son intercession et qu’on apprenne, à son exemple, à se dévouer humblement et généreusement à Votre Divin Service. Vous qui vivez et régnez avec Dieu le Père en l’Unité du Saint Esprit dans tous les siècles des siècles. Ainsi soit-il.

Répondre à cet article