DECES DU PERE YVON POURCEL

Jeudi 7 février 2019, par Secrétariat // LE VILLAGE DE SAULIAC SUR CELE

Cet été, un bien triste évènement a marqué notre paroisse et plus particulièrement Sauliac-sur-Célé : le décès du père Yvon Pourcel, bien connu de chez nous.
Voici un large extrait de l’homélie prononcée le jour de sa naissance au ciel, par le père Gilbert Malavelle :
« Les obsèques de ce prêtre diocésain ont été célébrées le 13 août dernier à SAULIAC SUR CELE. La célébration, présidée par notre évêque, a réuni 13 prêtres, deux diacres et une nombreuse assemblée de fidèles. Voici la présentation de ce prêtre, faite lors de l’homélie :
Yvon POURCEL est né le 25 janvier 1922 sur cette commune de Sauliac sur Célé, où il avait une maison d’habitation. Il était heureux d’y venir se reposer régulièrement en quittant, au moins pour une journée, son ministère paroissial. Il y accueillait volontiers quelques amis paroissiens et des enfants, des jeunes, pendant les vacances.
Il était né dans une fratrie de quatre frères et sœur. Sa famille comptait beaucoup pour lui. Elle se compose actuellement d’une belle-sœur, de nombreux neveux et nièces, avec leurs enfants et petits-enfants. Ainsi qu’une filleule.
Il avait suivi le parcours classique du Petit Séminaire, puis du Grand Séminaire à Cahors.
Il avait été ordonné prêtre le samedi 13 mars 1948 à Cahors. Il était le dernier survivant d’une année aux nombreuses ordinations, dont faisait partie un des derniers vicaires généraux, bien connu, le père Jean GAUZIN.
Il a été nommé vicaire paroissial dans le secteur de Montcuq où étaient présents à l’époque, 3 à 4 prêtres, presque tous décédés. C’est là que je l’ai vraiment rencontré pendant une bonne dizaine d’années, lorsque j’ai rejoint cette équipe en septembre 1965. C’était un homme simple, accueillant, pacifique, qu’on reconnaissait facilement avec son béret sur la tête. Il manifestait une grande ouverture d’esprit comme serviteur de l’Eglise après le Concile Vatican II.
Après quelques années comme vicaire, il est devenu curé du groupement paroissial de Montcuq. Et voici qu’après une longue présence de plus de 25 ans en Quercy Blanc, il est nommé curé de Cazals où i restera 20 ans.
Parvenu à l’âge de la retraite, il est affecté à Escayrac, commune de Lascabanes, où il sera l’aumônier d’une petite communauté de Dominicaines. Des problèmes de santé vont l’emmener à rejoindre le Foyer Pierre Bonhomme à Gramat, où il vient de décéder dans sa 70ème année de son ordination sacerdotale. Il était là, fidèle à la prière du Bréviaire et de l’Eucharistie, mais sa surdité qui empirait lui a rendu difficile la communication avec ses frères prêtres et les résidents de ce foyer.
La Parole de Dieu proclamée était d’abord le magnifique texte de St Paul dans sa lettre aux Romains : « qui pourra nous séparer de l’amour du Christ ? ». Aucun des milles difficultés et souffrances attachées à l’existence ne peut déconcerter des disciples sûrs de « l’amour que Dieu a manifesté en Jésus-Christ ».
L’Evangile, avec un extrait significatif sur « le pain de vie » en Saint Jean, nous a rappelé trois effets de la messe, trois fruits de l’arbre de son sacrifice, trois fruits de la croix :
La vie éternelle, la Résurrection,
La demeure réciproque de Jésus et de « celui qui mange son corps »,
La consécration au Père.
Nous ne pensons pas toujours à toutes ces merveilles de l’Eucharistie. Mais la question demeure : au fond, sommes-nous des affamés de Dieu ? ».
Que le Seigneur accueille en son Paradis notre confrère,
le père Yvon !
+Père Gilbert

Répondre à cet article