LES TWEETS DU PAPE - SEPTEMBRE 2019

Lundi 2 septembre 2019, par Secrétariat // LES TWEETS DU PAPE

Dimanche 01 septembre :
Dans l’Évangile d’aujourd’hui, Jésus nous invite à la générosité désintéressée, pour ouvrir la voie à une joie beaucoup plus grande : celle de partager l’amour de Dieu.

Il est temps de redécouvrir notre vocation d’enfants de Dieu, de frères entre nous, de gardiens de la création. En ce Temps de la Création, j’invite chacun à se consacrer à la prière.

Lundi 02 septembre :
C’est le moment de nous réhabituer à prier immergés dans la nature, où naît spontanément la gratitude envers le Dieu Créateur.

Dieu, fort de ton amour pour la vie, donne-nous le courage de faire le bien sans attendre que les autres commencent, sans attendre qu’il soit trop tard.

C’est le moment de réfléchir sur nos modes de vie et d’entreprendre des actes prophétiques.

Mardi 03 septembre :
C’est le moment de réfléchir sur nos modes de vie et d’entreprendre des actes prophétiques.

Quand nous invitons l’Esprit Saint dans nos blessures, il enduit les mauvais souvenirs du baume de l’espérance, car l’Esprit est le reconstructeur de l’espérance.

Mercredi 04 septembre :
Je vous invite tous à vous joindre à ma prière pour que Dieu, Père de tous, puisse consolider, dans toute l’Afrique, la réconciliation fraternelle, seule espérance d’une paix solide et durable.

Jeudi 05 septembre :
La recherche d’une paix durable - une mission qui concerne tout le monde - exige un travail dur, constant et sans relâche, car la paix est comme un bourgeon fragile qui cherche à fleurir au milieu les pierres de la violence.

Essaye de garder le silence un moment et laisse Dieu t’aimer. Essaye de faire taire toutes les voix et les cris intérieurs et reste un moment dans son étreinte d’amour.

Nul n’est plus petit qu’un prêtre laissé à lui-même ; c’est pourquoi notre prière est la prière de notre Mère : je suis prêtre, parce qu’Il a regardé ma petitesse avec bonté (cf. Lc 1,48).

Vendredi 06 septembre :
N’oublions pas que les noms des frères et sœurs les plus pauvres, inscrits dans le ciel, ont une annotation à côté d’eux : ce sont les bienheureux de mon Père.

Jésus propose une première règle d’or à la portée de tous : "Ce que vous voulez que les autres fassent pour vous, faites-le aussi pour eux" (Lc 6, 31) ; et il nous aide à découvrir ce qui est le plus important : nous aimer et nous aider.

Samedi 07 septembre :
Un semeur de paix et d’espérance sait attendre. Il est confiant. Il assume les déceptions de ses semailles, mais il ne cesse d’aimer le champ qui lui est confié.

Le Seigneur est le premier à vous faire confiance et vous invite aussi à avoir confiance en vous ; Il vous invite à être courageux, unis à Lui, pour écrire la plus belle page de votre vie.

Dimanche 08 septembre :
Notre vie et nos capacités sont le résultat d’un don tissé entre Dieu et de nombreuses mains silencieuses des personnes dont nous ne connaîtrons le nom que dans le ciel.

Adressons nos prières à la Bienheureuse Vierge Marie le jour où nous nous souvenons de sa naissance, l’aube du salut de l’humanité.

Lundi 09 septembre :
Akamasoa, "Ville de l’amitié" est l’expression de la présence de Dieu qui a décidé de vivre et de rester toujours au milieu de son peuple. En voyant ces visages rayonnants, je rends grâce au Seigneur qui a écouté le cri des pauvres.

Heureuse es-tu, bienheureuse Église des pauvres et pour les pauvres, car tu vis imprégnée du parfum de ton Seigneur, tu vis en annonçant joyeusement la Bonne Nouvelle aux rejetés de la terre, à ceux qui sont les favoris de Dieu.

Mardi 10 septembre :
Je demande à Dieu de bénir Madagascar et ses habitants, de préserver votre belle île paisible et accueillante, de la rendre prospère et heureuse !

Comment fait-on pour devenir un bon chrétien ? La réponse est simple : il faut faire, chacun à sa manière, ce que Jésus dit dans le discours des Béatitudes.

Mercredi 11 septembre :
Merci pour votre accueil chaleureux. Que Dieu vous bénisse tous. Que son amour et sa miséricorde continuent à vous accompagner et à vous protéger !

Jeudi 12 septembre :
L’espérance du monde est le Christ : son Évangile est le plus puissant levain de fraternité, de liberté, de justice et de paix pour tous les peuples.

Aujourd’hui, nous commémorons le Bienheureux Nom de Marie. J’invite chacun à regarder Notre Dame et à travers elle, se laisser inspirer de sentiments chrétiens, pour vivre et imiter toujours plus son Fils Jésus.

Vendredi 13 septembre :
Je souhaite promouvoir un événement mondial, le 14 mai 2020, qui aura pour thème : « Reconstruire le pacte éducatif mondial ».


Le disciple de Jésus, s’il veut grandir dans son amitié, ne doit pas se plaindre ni penser à lui-même. Il doit agir et s’engager, assuré que le Seigneur le soutiendra et l’accompagnera.

Samedi 14 septembre :
Aujourd’hui l’Église nous fait contempler la Croix glorieuse du Seigneur. Bien qu’Il soit Dieu, le Christ s’est humilié en se faisant serviteur. C’est cela la gloire de la Croix de Jésus !

Dimanche 15 septembre :

Dieu nous attend : Il ne se fatigue pas, Il ne perd pas courage. Chacun de nous, nous sommes ce fils embrassé de nouveau, cette pièce d’argent retrouvée, cette brebis caressée et remise sur les épaules (cf. Lc 15,1-32).

Lundi 16 septembre :
Saint Paul demande de prier "pour tous ceux qui sont au pouvoir" (Tm 2,2). Nous devons apprendre à le faire, même pour les politiques qui ne soutiennent pas nos idées. Les chrétiens doivent prier pour tous les gouvernants, pour qu’ils travaillent pour le bien commun.


Mardi 17 septembre :
"Le Seigneur fut saisi d’une grande compassion" (Luc 7,13). Notre Dieu est un Dieu de compassion. La compassion est la faiblesse de Dieu, mais aussi sa force.

Mercredi 18 septembre :
Chaque projet humain peut recueillir d’abord le consensus puis sombrer, alors que tout ce qui vient d’en haut et porte la "signature" de Dieu est destiné à durer.

Jeudi 19 septembre :
Si nous, évêques et prêtres, nous nous approprions le don de Dieu et le transformons en fonction, nous perdons le regard de Jésus. Demandons au Seigneur qu’Il nous aide à garder notre ministère comme don.

Répondre à cet article