Saint AMPELE LE FORGERON

Mardi 14 mai 2019, par Secrétariat // LE SAINT DU JOUR

Saint Ampèle le Forgeron ou Apelles (5ème s.)
ermite

Ce Saint naquit dans le cinquième siècle, en Égypte, de parents bourgeois, qui lui firent donner de l’instruction, tout en lui faisant apprendre un métier.

La semence de la parole divine ne tomba pas sur un sol ingrat, mais fit germer dans son cœur les fruits les plus heureux.

Le métier de forgeron, qu’il avait appris dans sa première jeunesse , lui procura une fortune honnête, dont il n’usa pas cependant uniquement pour lui, mais qu’il employa à de bonnes œuvres.

Il en fit trois parts : la plus considérable, il en fit don aux vieillards infirmes ou malades ; la seconde devait servir à son propre entretien, et il réserva la troisième, tant pour faire face à des besoins imprévus, que pour venir au secours de son prochain, dans des cas de détresse.

Ampèle donna l’exemple de toutes les vertus chrétiennes et civiles : il était officieux, pacifique, modéré dans ses désirs, zélé et actif ; il ne commençait et ne terminait jamais sa besogne sans prier, et pendant qu’il travaillait même, il savait élever son âme vers Dieu, observant ainsi ce que saint Paul nous recommande si vivement, de prier sans interruption.

Afin de préserver son âme des impressions du vice, il évitait tous les dangers, qui auraient pu en exposer le salut.

Un jour cependant, il fut inopinément surpris par la tentation, en voyant entrer dans son atelier une courtisane effrontée, mais il la poursuivit à l’instant avec un fer ardent, et la força à la retraite.

Ses forces physiques ayant insensiblement diminué, et ne pouvant plus lui-même diriger ses affaires, il résolut de se séparer entièrement des hommes, et de ne plus s’occuper que de Dieu et de l’éternité.

Pour accomplir son dessein d’autant plus librement, il traversa la mer et vint en Italie, dans les environs de Gênes, où il mena dans la solitude une vie partagée entre la mortification et la contemplation, jusqu’à ce que le Seigneur l’appelât à lui.

Son nom ne se trouve pas dans le martyrologe romain , mais on trouve sous le 11 Février un autre Ampèle , qui souffrit le martyre en Afrique, sous l’Empereur Dioclé

Répondre à cet article