Saint BARSAUMA LE NU

Mardi 10 septembre 2019, par Secrétariat // LE SAINT DU JOUR

Saint Barsauma le Nu
ascète copte (✝ 1317)

L’Église copte fait aujourd’hui mémoire de Barsauma, appelé le Nu, l’un des saints les plus populaires de l’Egypte. Barsauma naquit au Caire vers 1257, d’une famille aisée et noble de la cité. Son nom, de toute évidence syriaque d’origine, signifie « fils du jeûne », et fait référence à un élément important de la vie du saint.

En effet, il fut totalement privé de son héritage par les machinations d’un oncle, et se trouva, à la mort de ses parents, absolument pauvre et abandonné. Barsauma n’avait alors pas encore vingt ans et, au lieu de recourir à l’autorité pour faire valoir ses droits, il préféra quitter les milieux mondains pour mener une vie d’extrême pauvreté en ascète vagabond et mendiant. Avec pour tout vêtement un manteau – d’où son surnom de « Nu » -, il vécut dans les quartiers les plus pauvres de la cité comme une espèce de fol en Christ.

Devant les persécutions qui s’exacerbaient contre les chrétiens, Barsauma témoigna courageusement de sa foi et fut même emprisonné. C’est pour cette raison qu’il est mentionné sous le titre de confesseur. Après avoir vécu dans une grotte de l’église de Saint Mercure dans le Vieux Caire, Barsauma s’établit dans le monastère de Sahran, au sud du Caire, où il passa en reclus les quinze dernières années de sa vie.

Il mourut le 5 nasi 1317, fut enseveli à Sarhan et sa renommée se répandit dans tout le Moyen-Orient. En raison de son goût pour la solitude et l’austérité de sa vie, l’eucologie copte le rapproche de Moïse, de Jean le Baptiste, de Paul l’Ermite et d’Antoine le Grand.

Répondre à cet article