Saint GASTON

Mercredi 6 février 2019, par Secrétariat // LE SAINT DU JOUR

Aujourd’hui mémoire obligatoire de S. Paul Miki et ses compagnons, martyrsmais nous fêtons aussi,

Saint Gaston
Waast ou Vaast, évêque d’Arras (✝ 540)

A l’époque où les francs étaient encore païens, Waast nait dans une famille noble gallo-romaine. Il se sent appelé à devenir moine-ermite. Il vit retiré dans la région de Toul. Mais il vient en aide aux malades qui le sollicitent. C’est ainsi qu’il se retrouve appelé à une vie publique comme prêtre à Toul. Quand Clovis passe à Toul pour se rendre à Reims, on l’invite à rencontrer Waast. C’est ainsi qu’il donne au chef des Francs les premiers enseignements sur la foi chrétienne. La guérison d’un aveugle par le saint, sur la route de Reims, impressionne Clovis et l’ouvre encore plus à la foi chrétienne. C’était après la victoire de Tolbiac, où Clovis avait fait de vœu de se convertir au Dieu de Clothilde son épouse, s’il gagnait la bataille.

A Reims, saint Rémy demande à ce prêtre toulois de continuer l’éducation chrétienne de Clovis. Éducateur de la foi et conseiller du pouvoir se font ensemble. Devenu chrétien, Clovis se préoccupa de l’évangélisation de son royaume et trouva en saint Waast un précieux auxiliaire. Consacré évêque par saint Rémi, saint Waast fut envoyé à Arras où il a laissé le souvenir d’un intrépide missionnaire.

Arras était un pays mal géré, pillé et ravagé par les barbares. Saint Martin vers l’an 350 avait déjà évangélisé l’Artois et Arras, capitale des Celtes Atrébates. Mais sur ces premières communautés chrétiennes s’abattit l’ouragan barbare. Vers l’an 500, l’évangélisation devait être reprise à zéro. L’histoire rapporte que Waast entrant dans les ruines d’une église se trouve face à un ours. Waast le fait reculer et retourner dans la forêt, image du paganisme. Il guérit aveugles et boiteux. Il apporte la vérité chrétienne à toute une population broyée dans la misère du paganisme. Elle devient capable de voir la vraie lumière et de marcher dans la foi.

Son apostolat dura quarante ans environ et on s’accorde pour placer sa mort en 540, le 6 février.

Saint Waast fut le patron d’une des plus anciennes paroisses de Toul, voisine de la cathédrale, à l’endroit où une tradition tardive veut qu’il ait eu sa maison.

Sa fête était célébrée le jour de sa mort, 6 février, jusqu’à ce que la fête de saint Tite, compagnon de saint Paul, soit fixée ce jour là. Depuis, nous fêtons saint Waast le 13 février.

« Clovis vint en la ville de Toul, où il savait que Vaast servait Dieu dans une louable sainteté et pour jouir des doux fruits de la vie contemplative. Il le prit pour compagnon ; et ensuite il s’empressa d’aller auprès de Rémi, un très célèbre prêtre du Christ, dans la ville de Reims, afin qu’éduqué par les saines leçons de chaque, initié dans les fermes fondements de la Foi de l’Église, et préparé par la foi et la connaissance de la vertu, il puisse être spirituellement lavé aux fonts baptismaux par un si grand prêtre, et encouragé par les dons célestes de l’autre, car cet homme, marchant devant la divine miséricorde, était le début de la prédication de l’Évangile. L’un mena le roi à se hâter vers la fontaine de la Vie ; l’autre (Rémi) l’y lava. Les 2 pères étaient égaux en piété ; l’un (Vaast), par les doctrines de la Foi, l’autre, (Rémi) par les eaux baptismales : tous deux offrirent comme don acceptable au Roi éternel un roi temporel. Ces hommes sont 2 oliviers, 2 candélabres lumineux, par lesquels le roi prémentionné, éduqué dans les voies de Dieu, par la miséricorde de Dieu, étant entré par le portail de la Lumière perpétuelle et croyant en Christ avec son très puissant peuple Franc, firent d’un peuple élu une nation sainte, de sorte que les vertus de ce Dieu Qui les avait appelés des ténèbres à Sa merveilleuse Lumière puissent être manifestées en eux. »
(Vie de Saint Vaast écrite vers 800 par le bienheureux Alcuin)

Répondre à cet article