Saint KENELM

Vendredi 17 juillet 2020, par Secrétariat // LE SAINT DU JOUR

Saint Kenelm
martyr, prince de Mercie en Angleterre (✝ v. 812)

Saint Kenelm (ou Cynehelm) était un saint anglo-saxon, vénéré dans toute l’Angleterre médiévale , et mentionné dans les Contes de Canterbury (The Nun’s Priest’s Tale, lignes 290–301, dans lequel le coq Chauntecleer tente de démontrer la réalité des rêves prophétiques à sa femme Pertelote). Guillaume de Malmesbury, écrivant au 12ème siècle, a raconté qu’« il n’y avait aucun endroit en Angleterre où plus de pèlerins voyageaient que winchcombe le jour de la fête de Kenelm ».

Dans la légende, saint Kenelm était un membre de la famille royale de Mercie, un roi garçon et martyr, assassiné par un parent ambitieux en dépit de recevoir un rêve prophétique l’avertissant du danger. Son corps, après avoir été caché, a été découvert par intervention miraculeuse, et transporté par les moines de Winchcombe à un sanctuairemajeur . Là, il est resté pendant plusieurs centaines d’années.

Les deux lieux les plus étroitement liés à cette légende sont les collines de Clent, au sud de Birmingham, en Angleterre, identifié comme la scène de son meurtre, et la petite ville du Gloucestershire de Winchcombe, près de Cheltenham, où son corps a été enterré. La petite église de St Kenelm, datant du 12ème siècle dans un village appelé Kenelstowe, se trouve maintenant avec une poignée de maisons dans le plus grand village de Romsley dans les collines de Clent. Pendant de nombreuses années, les villageois ont célébré la Saint-Kenelm (17 juillet) avec une foire du village et l’ancienne coutume de « faire du crabe le parson » - bombarder le malheureux ecclésiastique d’une volée de pommes de crabe.

Le récit le plus ancien de la légende de St Kenelm se trouve dans une copie manuscrite du 12ème siècle à l’abbaye de Winchcombe, qui prétend être dérivée d’un récit donné par un moine de Worcester nommé Wilfin. D’autres récits dans les chroniques sont évidemment dérivés de la même source. L’histoire racontée par ce manuscrit est la suivante :

En 819 après JC (ou 821 ?), Coenwulf de Mercie est mort laissant deux filles, Quendryda et Burgenhilda, et un fils, un enfant de sept ans nommé Kenelm qui a été choisi pour lui succéder. Quendryda enviait son petit frère et pensait que, s’il était tué, elle pourrait régner en tant que reine. Elle conspira donc avec son amant, Askobert, le tuteur et tuteur de son frère, et lui donna de l’argent en lui disant : « Tuez mon frère pour moi, que je puisse régner ». Dans les forêts du Worcestershire, lors d’un voyage de chasse, l’occasion s’est présentée.

La veille du voyage de chasse, Kenelm a fait un rêve dans lequel il a escaladé un grand arbre décoré de fleurs et de lanternes. D’en haut, il a vu les quatre quarts de son royaume. Trois s’inclinèrent devant lui, mais le quatrième commença à couper l’arbre jusqu’à ce qu’il tombe. Puis Kenelm s’est transformé en oiseau blanc et s’est envolé pour se mettre en sécurité. Au réveil, le jeune roi a raconté son rêve à sa nounou, une vieille femme sage habile dans l’interprétation des rêves. Elle pleura, car elle savait que le garçon était destiné à mourir.

Au milieu du premier jour de la chasse, le jeune Kenelm, fatigué et chaud, décida de s’allonger sous un arbre pour se reposer. Askobert a commencé à creuser une tombe, en préparation du meurtre, mais le garçon s’est soudainement réveillé et l’a averti : « ous pensez à me tuer ici en vain, car je serai tué dans un autre endroit. En jeton, de celui-ci, voir cette fleur de tige ». Comme il a poussé son bâton dans le sol, il a immédiatement pris racine et a commencé à fleurir. Il a grandi, dans les années qui ont suivi, pour être un grand frêne, qui était connu sous le nom de Cendres de St Kenelm. Imperturbable par cette tournure des événements, Askobert prit le petit roi jusqu’aux collines de Clent,et comme l’enfant commença à chanter le Te Deum, l’assassin frappa la tête et l’enterra là où il tomba.

L’âme de Kenelm se leva sous la forme d’une colombe portant un rouleau, et s’envola pour Rome où elle laissa tomber le rouleau aux pieds du Pape. Le message sur le parchemin se lisait comme suit : « Bas dans un hydromel de kine sous une épine, de la tête dépourvue, du pauvre Kenelm né ».

En conséquence, le pape a écrit à l’archevêque de Canterbury, qui a commandé un parti de la capitale merciienne, Winchcombe, pour chercher le corps. Comme ils marchaient, ils ont vu un pilier de lumière briller sur un fourré dans le Worcestershire et en dessous le corps de Kenelm. Comme il a été pris, une fontaine se précipitant éclaté hors du sol, et s’est déversé dans un ruisseau, ce qui a apporté la santé à tous ceux qui en ont bu. Le corps a ensuite été solennellement transporté vers Winchcombe, mais au gué appelé Pyriford sur la rivière Avon, la fête de l’enterrement a été accueilli par une bande armée de l’abbaye de Worcester qui a également revendiqué le titre de la dépouille. Le différend a été réglé comme suit : n’importe quelle partie se réveillait le premier le lendemain matin pourrait prendre le prix. Cela s’est avéré être les moines de Winchcombe. Malgré leur accord, cependant, ils ont été étroitement poursuivis par le parti Worcester. Épuisés par leur marche rapide, ils s’arrêtèrent juste à portée de vue de l’abbaye de Winchcombe. Comme ils ont frappé leurs bâtons dans le sol, un ressort éclata, et cela les rafraîchit afin qu’ils aient pu appuyer sur l’abbaye royale mercien à Winchcombe, où les cloches sonnaient et sonna sans la main de l’homme.

Puis Quendryda a demandé ce que toute cette sonnerie signifiait et on lui a dit comment le corps de son frère a été amené en procession dans l’abbaye. — Si cela est vrai, dit-elle, que mes deux yeux tombent sur ce livre, puis ses deux yeux sont tombés de sa tête sur le Psautier qu’elle lisait. Peu de temps après, elle et son amant sont morts misérablement, et leurs corps ont été jetés dans un fossé. Les restes de Saint Kenelm ont été enterrés avec tout l’honneur et il a depuis été vénéré comme un martyr.

Répondre à cet article