Saint LUC CASALI DE NICOSIE

Samedi 2 mars 2019, par Secrétariat // LE SAINT DU JOUR

Luc (évangéliste)

Luc l’évangéliste ou saint Luc, du grec ancien Λουκᾶς, Loukas (Lucas), est un personnage dont on sait peu de chose mais qui a rédigé une partie du Nouveau Testament. La tradition chrétienne le considère comme l’auteur de l’évangile qui porte son nom, ainsi que des Actes des Apôtres. Cette hypothèse est admise par le consensus historien.

Le christianisme le présente à partir du IIe siècle comme un Syrien d’Antioche, médecin de profession et disciple de Paul. Si cette thèse est aujourd’hui rejetée par la majorité des historiens, il n’en reste pas moins que Luc défend Paul contre ses détracteurs, afin de prouver qu’il mérite aussi bien que Pierre le titre d’apôtre, et se fait un ardent propagateur de ses idées, spécialement en ce qui concerne la justification (ou le salut) par la foi.

Luc est un personnage dont on ne sait quasiment rien. Pour Lucien Cerfaux, la seule certitude est qu’il appartient à la deuxième génération des croyants1 et que son œuvre dépend d’autres sources littéraires. Alors que la tradition en fait un homme cultivé et un Juif hellénisé (comme en atteste sa maîtrise du grec hébraïsé de la Septante et de la Synagogue de la diaspora juive), la recherche actuelle privilégie l’hypothèse d’un Grec païen qui s’est rapproché du judaïsme au point de devenir un « Craignant-Dieu ».

Les Actes s’achevant brutalement sans que l’on sache ce qu’il advint de saint Paul toujours détenu à Rome, le lecteur en conclut que saint Luc mourut avant lui. Cependant, selon Épiphane (Haer. 51), à la mort de Paul, Luc serait revenu évangéliser en Macédoine. Vivant une vie de moine, il serait mort à l’âge de 84 ans.

Voici quelques écrits des premiers siècles parlant de Luc. Saint Jérôme estimait que ce propos de Paul concernait l’évangéliste Luc :

« Nous envoyons avec lui le Frère dont la louange dans l’Évangile est répandue dans toutes les Églises, et qui plus est, a été désigné à mains levées par les Églises pour être notre compagnon de voyage dans cette œuvre de bienfaisance, que nous accomplissons à la gloire du Seigneur même, et en témoignage de notre bonne volonté. »

« Quant à Luc, Antiochien d’origine et médecin de profession, il fut très longtemps associé à Paul et il vécut plus qu’en passant avec les apôtres ; c’est d’eux qu’il a appris la thérapeutique des âmes, comme il en a laissé des preuves dans deux livres inspirés par Dieu, l’Évangile qu’il témoigne avoir composé d’après les traditions de ceux qui avaient été dès le commencement les spectateurs et les ministres de la parole et dont il affirme qu’il les a suivis dès le début ; et les Actes des Apôtres qu’il a rédigés non pas après les avoir entendus, mais après les avoir vus de ses yeux. »

— Histoire ecclésiastique de Eusèbe de Césarée, écrit du IVe siècle

« Luc est en fait un Syrien d’Antioche, médecin de profession. Par la suite il a suivi Paul jusqu’à son martyre. Servant le Seigneur sans reproche, il n’eut ni femme, ni enfants, et mourut à quatre-vingt-quatre ans en Béotie, plein du Saint-Esprit. Quoique des évangiles existassent déjà, celui selon saint Matthieu, composé en Judée, et celui selon saint Marc en Italie, il fut incité par le Saint-Esprit, et composa cet évangile entièrement dans la région avoisinant l’Achaïe ; il rend très clair dans le prologue que les autres (évangiles) avaient été écrits avant le sien [...] Plus tard le même Luc écrivit les Actes des Apôtres. »

— Prologue de Luc, texte de la fin du second siècle (?).

« Troisièmement, le livre de l’évangile selon Luc. Ce Luc était médecin. Après l’Ascension du Christ, Paul l’ayant pris pour second à cause de sa connaissance du droit, il écrivit avec son assentiment ce qu’il jugeait bon. Cependant lui non plus ne vit pas le Seigneur dans la chair. Et par conséquent, selon ce dont il avait pu s’informer, il commença à le dire à partir de la Nativité de Jean. »

— Canon de Muratori (document romain du milieu du second siècle).

« De son côté Luc, le compagnon de Paul, consigna en un livre l’Évangile que prêchait celui-ci. »

— Irénée de Lyon, Adv. Hae. III.

« Luc, notre ami le médecin » est cité à trois reprises à travers l’Épître aux Colossiens (4, 14), l’Épître à Philémon (24) et la 2e Épître à Timothée (4, 11)

Luc est symbolisé par le taureau, animal de sacrifice, parce que son évangile commence par l’évocation d’un prêtre sacrificateur desservant le Temple de Jérusalem : Zacharie, le père de Jean-Baptiste.

La tradition chrétienne le considère comme l’auteur de l’évangile qui porte son nom ainsi que des Actes des Apôtres. Cette thèse est corroborée par les spécialistes, notamment Daniel Marguerat, qui relève une « homogénéité littéraire et théologique » entre ces deux livres, lesquels forment les « deux volets » d’une même œuvre, dédiés au même personnage nommé « Théophile » et dont on ne sait rien.

Il apparaît en tout état de cause que l’auteur des Actes ne saurait être un compagnon de Paul : en effet, la religion à laquelle renvoie l’Évangile selon Luc « est un christianisme de troisième génération, proche des Pastorales ; or, le discours d’adieu de Paul offre la confirmation de cet état avancé de la chrétienté (Ac 20:25-32) ». La datation du livre des Actes, « rédigé simultanément ou peu après l’évangile », se situe donc entre 80 et 905.

Bien que diverses hypothèses aient été émises, il est impossible d’établir une biographie de Luc et les quelques éléments que l’on peut donner à son sujet sont maigres. Son nom de Λουκᾶς (Loukas) n’est attesté que vers la fin du IIe siècle et, plus tardivement, le canon de Muratori le définit comme un compagnon de Paul, médecin et écrivain, après quoi la tradition attribue cet évangile à « Luc le médecin ». Les prologues antimarcionites à cet évangile décrivent Luc comme un médecin syrien d’Antioche, « disciple des apôtres et de Paul, mort à 84 ans en Béotie », mais la date de ces textes demeure incertaine, tout comme la profession médicale de Luc, qu’aucun élément probant ne vient étayer.

Luc, rompu à la pratique d’un grec littéraire et à la culture hellénistique, n’en connaissait pas moins très intimement la religion juive et l’exégèse rabbinique.

Répondre à cet article