Sainte ERMENILDE

Jeudi 13 février 2020, par Secrétariat // LE SAINT DU JOUR

Sainte Ermenilde
abbesse (VIIe siècle)

Fille de sainte Sexburge et d’Ercombert de Kent, elle était la femme de Wulfhere, roi de Mercie et la mère de sainte Werburge. Sexburge et Ermenilda étaient l’une après l’autre abbesse d’Ely dans le Cambridgeshire ; Sexburge avait elle-même succédé à ce poste à sainte Etheldrède, sa sœur.
Décédée en 703. Fille du roi Erconbert et de Saint Sexburga, Erminilda était elle-même une reine, car elle épousa Wulfhere, roi de Mercie, et utilisa sa puissante influence pour éliminer les poches d’idolâtrie restantes dans un pays qui avait été le dernier bastion d’Anglo -Paganisme Saxon. Par son exemple vertueux et sa gentillesse indomptable, elle a conquis le cœur de ses sujets ; elle avait une grande pitié pour tous ceux qui étaient en détresse, et tout au long de sa vie, elle a rendu son témoignage en tant que reine chrétienne.

Comme sa mère avant elle, la sainte Sexburga, la reine veuve de Kent et abbesse de Minster à Sheppey, elle désirait être entièrement dévouée à Dieu. À la mort de Wulfhere, Erminilda a rejoint sa mère et lui a succédé comme abbesse lorsque sa mère a déménagé à Ely.

Plus tard, Erminilda, elle aussi, a émigré à l’abbaye d’Ely, qui était le centre d’une communauté florissante, avait la particularité inhabituelle d’avoir comme premières abbesses une succession de trois reines ; car, avant Sexburga, sa sœur, la reine Ethelreda avait occupé le poste. Erminilda était la mère de Saint Werburga, et ainsi cette succession royale de témoignage chrétien a été portée à la quatrième génération.

À une époque primitive, ces femmes nobles et saintes, par leur vie désintéressée et dévouée, ont présenté à leur peuple un excellent exemple de service chrétien, et leur influence gracieuse et ennoblissante a eu un effet considérable sur la période où elles ont vécu. Ils sont comptés parmi les saints d’Angleterre et prennent leur place parmi les disciples les plus fidèles et distingués de notre Seigneur

Répondre à cet article