Vénérable JOZEF WECH VANDOR

Mardi 8 octobre 2019, par Secrétariat // LE SAINT DU JOUR

Vénérable József Wech Vandor
prêtre salésien (✝ 1979)

József Wech est né le 29 octobre 1909 à Dorog, dans l’ empire austro-hongrois, sous le nom de József Wech, au nom des agriculteurs allemands Sebastian Wech et Maria Puchner. Il a reçu son baptême le 31 octobre, puis sa confirmation à Dorog le 23 mai 1920.

Il a reçu sa formation de l’ ordre des frères mineurs, mais au printemps 1925, il s’installe à Péliföldszentkereszt où il étudie auprès des salésiens de Don Bosco . Il a eu le mal du pays plusieurs fois et a fait plusieurs voyages de retour chez lui, mais ses parents ne l’aimaient pas et ont été prompts à renvoyer Wech aux soins des salésiens. [1] Il souhaitait entrer dans l’ordre mais avait été invité, pour des raisons médicales, à passer quelques mois de repos à la maison avant d’être admis. Auparavant, il avait confié ce souhait à son curé. Ce prêtre l’avait présenté à son tour aux salésiens. [2]

Son noviciat a duré peu de temps de 1927 à son entrée en 1928. Il a fait sa profession perpétuelle dans l’ordre du 13 août 1932 à Péliföldszentkereszt. [1] À Turin, il passa ses études de théologie et fut ordonné sacerdoce dans la basilique le 5 juillet 1936. Il demanda à être envoyé dans les missions et ses supérieurs l’envoyèrent en Amérique centrale par bateau le 9 août. [3] Il a été envoyé dans la nation insulaire de Cuba à Guanabacoa où il est arrivé le 25 août. Il est devenu un ressortissant cubain et a changé son nom de Wech à Vandor Puchner. Il y fut aumônier jusqu’en 1940, lorsqu’il devint recteur de l’école d’agriculture de Moca en République dominicaine .

Connu pour sa sagesse et sa prudence, il a été choisi comme nouveau maître des novices en 1943 et a occupé ce poste jusqu’en 1946. En 1946, il est devenu administrateur du Collège des arts et métiers de Camagüey . De 1948 à 1951, il a été confesseur à Santiago de Cuba . En 1951, il a été confesseur et aumônier d’un ordre religieux féminin. [3] Le 9 décembre 1954, il fut nommé responsable de l’église Notre-Dame du Mont Carmel à Santa Clara (il y arriva à cette date) et fut nommé à peu près au même moment pour superviser la construction de l’école des arts et métiers. . [1] [2] En 1958, lors de la bataille de Santa Clara - le dernier conflit de la révolution -, il met en danger sa propre vie en tant que médiateur afin de négocier une trêve. Sa vie sauve grâce à ses efforts. [4] Lorsque l’école a ouvert ses portes, il a été nommé recteur et il a occupé ce poste jusqu’en 1961, date à laquelle le communisme a fait son apparition et les écoles ont été confiées au nouveau ministre de l’Éducation . Il a ensuite été nommé recteur de l’église Notre-Dame du Mont Carmel et, en 1965, il est devenu le premier curé de sa paroisse.

Il mourut à Santa Clara le 8 octobre 1979 ; depuis 1976, il était en fauteuil roulant en raison d’une grave maladie qu’il avait contractée. Il souffrait d’ ictus à cette époque et souffrait également d’ hépatite et d’ arthrose mais ne s’était jamais plaint et restait silencieux sur ses différentes affections. [4] [1]
Exhumation

Sa dépouille a été exhumée le matin du 8 août 2016 en présence du prêtre salésien et vice-postulateur Rafael Giordano et de l’évêque Fernando Ramon Prego Casal. Le soir du 10 août, les restes que le docteur Noel Pablo Gómez a conduits devant un évêque, devant l’évêque Mgr Arturo González Amador et le prêtre salésien Bruno Roccaro, ont été officiellement reconnus. Étaient également présents les diacres José Gálvez et Xiomara Hernández et le notaire Père Juan Manuel Fernandez. [5]

Des documents ont été signés pour confirmer que l’exhumation avait bien eu lieu et ses restes ont été placés dans une nouvelle urne.
Processus de béatification

Le processus de béatification s’est ouvert sous l’égide du pape Jean-Paul II le 8 février 2003, après que la Congrégation pour la cause des saints a publié le " nihil obstat " officiel de la cause et a qualifié le défunt prêtre de Serviteur de Dieu . La procédure diocésaine s’est tenue à Santa Clara du 8 octobre 2003 à sa clôture le 10 août 2008, date à laquelle la CCS a validé la procédure à Rome le 11 mars 2011. La postulation a soumis le dossier Positio à la CCS en 2014 et les théologiens ont publié un approbation unanime (9 sur 9) de la cause le 18 février 2016 [2]. Le CCS a également adressé une réponse affirmative à la cause le 17 janvier 2017.

Répondre à cet article