Vénérable SCOLASTICA RIVATA

Mardi 24 mars 2020, par Secrétariat // LE SAINT DU JOUR

Vénérable Scolastica Rivata
première supérieure des Disciples du divin Maître (✝ 1987)

À vingt ans, elle comprend que le Seigneur est l’unique trésor pour lequel il vaut la peine de donner sa vie ; par conséquent, elle fait sa déclaration d’amour inconditionnel : “Seigneur, toi seul et c’est tout !”, qu’elle vivra au quotidien, dans la fidélité, pour toujours.

Elle sent que sa vie devra être totalement donnée au Seigneur, même si elle ne sait pas encore comment et à quel endroit. Elle prie beaucoup et continue à se former en lisant beaucoup. Sa passion pour la lecture, à la recherche de “bons livres”, la conduit à rencontrer un grand apôtre des temps moderne : don Jacques Alberione qui, sans prendre de détours, alors qu’elle cherche le livre qu’elle veut, et après un court dialogue, lui dit : “Quand viens-tu à Saint Paul ?”

Accompagnée par son père à Alba, le 29 juillet 1922, elle entre dans l’aventure qui la conduira par les voies insondables du Seigneur. Don Alberione qui, en 1914, avait commencé la Pieuse Société Saint-Paul avec deux garçons, a désormais un bon groupe d’apôtres de la bonne presse. À partir de 1915, il y a aussi un groupe de jeunes femmes qui, juste une semaine avant, le 22 juillet, sont constituées officiellement avec le nom de Filles de Saint-Paul.

Orsola voit le programme que le Fondateur a donné à toute l’œuvre : “Gloire à Dieu, paix aux hommes”, annoncer l’Évangile avec les moyens modernes qui, à l’époque, étaient en prévalence, la presse. C’est certain que “dans la Maison” chaque occupation, même nettoyer les légumes, préparer la nourriture, laver et repasser la lingerie est faite dans ce but. Le fait d’être un corps unique dans le Christ les porte tous à atteindre le même but.

Après son entrée dans la Famille paulinienne naissante, Alberione lui donne le nom de Sœur Scholastique, qui signifie disciple ; en 1924, il la choisit comme collaboratrice à la naissance de la congrégation des Sœurs Disciples du Divin Maître.

Femme sans doctorats et sans diplômes, mais possédant la sagesse puisée quotidiennement à la source de l’Eucharistie et de la Parole de Dieu, elle précède par l’exemple et engage ses énergies les meilleures à former les premières générations à la mission spécifique de la Congrégation, en communiquant avec un joyeux enthousiasme la beauté et la fécondité de l’apostolat.

Mère M. Scholastique, avec le cœur ouvert au monde entier et à la compréhension du langage des jeunes, se fait proche avec un amour d’apôtre se fait le journal proche de chaque anxiété et joie des femmes et des hommes de tous les continents. Elle le manifeste aussi en portant souvent le journal sous son bras pour les présenter au Divin Maître dans l’Adoration eucharistique. Elle sait écouter toutes les personnes, frères et sœurs. Elle vit un style de vie de silence et d’effacement mais toujours comme “femme de communication, ouverte au présent de son temps et édificatrice du futur. Elle meurt à Sanfrè (CN) le 24 mars 1987. Le 9 décembre 2013, avec la promulgation du décret sur l’héroïcité de ses vertus, elle est devenue Vénérable.

Répondre à cet article